Evaluer la réalisation des engagements

Si les tableaux, et ce qu’on peut en tirer, sont des informations factuelles, la liaison entre une délibération et un engagement est forcément une interprétation, une interprétation qui s’affine au fil de ce travail et demande donc de revenir dessus ( aïe !! ). L’évaluation de la réalisation des engagements est donc, de fait, une interprétation.

La première idée est de classer les engagements en : réalisé complètement ou partiellement, non réalisé ou brisé par une délibérations qui va dans le sens contraire de l’engagement. Les tableaux, et autres types de classifications, nous sont utiles pour saisir les limites de nos catégories. Comme on l’a déjà vu, la vie ne se range pas dans un tableau et il vaut mieux ne pas trop en faire si on ne veut pas perdre le sens de ce qui se fait.

La distinction entre engagement réalisé et en cours de réalisation se discute :

  • L’engagement 18 : « Créer un fête de la journée des tuiles » est sympathique, mais pas un exploit.
    A l’opposer la partie de l’engagement 80 : rénovation de Villeneuve constitue une direction, pas un but. la rénovation d’un quartier, d’une ville n’est jamais finie, même si dans le cas de Villeneuve du retard s’était accumulé.
    Mettre en avant les engagements réalisés, c’est mettre en avant les engagements faciles à réaliser … et pas les plus porteurs de sens pour l’avenir.
  • pour tous les engagements qui consistent à réduire, augmenter, favoriser, … quelque chose : à partir de quel seuil à t-on réalisé l’engagement ?
    Il me semble que :

    • si pendant toute la durée du mandat, des délibérations significatives existent qui vont dans le sens de l’engagement, l’engagement peut être dit réalisé.
    • si à un moment donné ce type de délibérations s’arrêtent, l’engagement n’a été tenu que pendant la première période du mandat, donc partiellement tenu.
      -
  • certains engagements sont carrément hors d’atteinte : « Mettre l’humain au cœur de l’économie »,  « Combattre les paradis fiscaux », … mais toute action qui ira dans ce sens nous fera du bien à toutes.
    On ne leur demande pas de changer le monde, on leur demande juste d’essayer continument pendant 6 ans de tenir les engagements sur lesquels ils ont été élus.

Citoyennes, vous méritez mieux que des catégories qui ne font pas sens, je ne laisse qu’un seul vert pour les engagements réalisés ou en cours de réalisation.

LogoMetro Passage de compétence à Grenoble Alpes Métropole :
Depuis le 1° janvier 2016, certaines compétences sont passées du niveau ville au niveau Metro : par exemple la qualité de l’air, ou la vitesse en ville. La municipalité a donc une influence sur les décisions concernant ces compétences qui concernent certains engagements, mais ne décide pas seule.
Le logo jaune apparait en face des engagements concernés (en cours)

EN 2019
Pour le moment, ce site suit ce qui se passe au conseil, mais pour le bilan final, les couleurs seront mises à jour (il commencera 6 mois avant la fin du mandat) :

  • les engagements qui ne seront pas entamés passeront en rouge : un engagement est aussi brisé par l’absence de décisions le concernant.
  • Les engagements entamés puis abandonnés en cours de mandat, ou trop peu avancés, passeront en rose : déception.

Le rose est la couleur de la déception en ce moment. On en reparle en 2019.